Blue Pepper se dévoile en … dragqueen ? Non ! mais en P.A.F. oui !

18 Mai 2009

Je vis avec, enfouie au creux de mon âme, une once d’intuition féminine bien camouflée dans un corps de mâaaaaaaaaaale (l’ai- je bien descendu ?)

Vous connaissez sans doute ce petit quelque chose qui vous pousse à vous lever à 3 heures du mat en enfilant une pantoufle sur deux, pour voir si la « petite » n’a pas fait un cauchemar.

Eh bien moi je surfe quotidiennement entre le poireau et le navet, la Soupline et le Blanco, Monsieur Propre et Palmolive, tout cela dans un univers peuplé de Winx, de Petshop et de disquettes pour Nintendo DS.

Ah l’occasion je pique aussi à la machine…non ça c’est Aznavour….
Mais je couds, repasse, lave, cire, cuisine, bref autant de tâches qu’en exécutait le géant Gargantua le matin…mais en moins répugnant.

Bref je m’attelle, depuis onze ans à toutes ces activités indignes d’un homme, à en croire mes aïeuls qui ont vécu dans les parfums et les préjugés des rives du Bosphore…

« Eh oui tu comprends, quand tes petites vont devenir jeunes filles….tu vois ce que je veux dire…allez, zou, fais pas le couillon …comment tu vas t’y prendre ???  »

Nous y voilà …

Il m’arrive donc de soigner; les enfants bien sûr, mais pas que… Certes je me métamorphose en pédiatre, homéopathe, kiné de fortune, pédo-psychiatre sauce DoltoNaouri, mais également en dermato, ou en gynéco …

Il y a fort à parier que dans une vie antérieure je fus médecin, comme en atteste l’anecdote suivante. Quand nous avons quitté la clinique parisienne où mon épouse avait accouché, l’obstétricienne a lâché : les pansements de l’épisio c’est votre mari qui les fera, inutile de faire appel à une infirmière.

Cher Docteur puis-je vous avouer que mes seuls patients à ce jour furent des cadavres, en première année de médecine, décembre 1973 ?

Courage fuyons.

« Vous croyez que je vais me laisser impressionner par la plaie encore fraîche de l’épisio, alors que lorsque j’ai vu le placenta, j’ai crié « même pas peur » ? « 

Euh …je sors deux secondes…Il fait chaud dans cette pièce et j’ai la tête qui tourne…

Bon, tout ça pour vous dire que l’homme qui sévit sous le pseudo de Blue Pepper n’en est pas vraiment un.
Je vous entends déjà : venez voir, y a ‘une drag queen chez Piment Rose !!!

Non moi je suis un PAF.

Mon livre de chevet c’est le Bescherelle sans oublier celui du plaisir.
Et de la même façon que j’ai appris à mes filles à marcher, à être propre, à lire, à écrire et à compter, je leur ai expliqué, dans le détail, ces transformations physiques auxquelles elles seraient confrontées.

Blue Pepper est Papa Au Foyer (PAF), et en moyenne une fois par semaine au moins on l’appelle maman.

C’est un cadeau qui n’a pas de prix.

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

commentaires

  1. paf aussi affirme: mai 20, 2009 at 12:19

    tombé par hasard sur votre billet qui m’a plu car moi aussi je suis un jeune paf, notre bébé a quelques mois et c’est moi qui ai pris le congé parental. Le statut n’est pas reconnu dans la société, ni des hommes mais des femmes non plus et de ma compagne je me le demande parfois. Continuez sur la lancée, je reviendrai sur votre blog. Mon fils m’appelle, il fait ses dents et sa maman dort.

  2. Blue Pepper affirme: mai 20, 2009 at 1:40

    Merci pour ce commentaire "paf aussi"
    Je constate avec bonheur (mais je m’en doutais un peu …) que je ne suis pas seul sur mon ile déserte….

  3. La Bruyère a du Caractère affirme: mai 20, 2009 at 8:57

    Bientôt un site pour les P.A.F. ?
    Chiche…

  4. moi c papa poule. Marant comme on peut se retrouvé sur un blog de sexe mais pas seulement comme le dit nathalie. Mes nénettes a moi, elles ont 8 et 10 ans et je suis seul a les élévés. Ma compagne avait d’autres palns de carrière. J’ai changé de boulot pour m’occoper d’elles et je travaille mainteant de chez moi. Pas toujours facile le regard des autres mamans sur moi à la sortie de ‘école, dans les réunions de fin d’année. Des progrés il en reste encore beaucoup à faire pour qu notre société accepte et valorise le statut de père au foyer.
    Mais pour rien au monde je ne reviendrai en arrirère. Longue vie au paf et au PP (papa poule)

  5. Blue Pepper affirme: mai 26, 2009 at 9:44

    Merci pour ce message Papa Poule…
    Nous sommes au coeur du sujet…
    Le regard des autres, le regard des notres….
    Au finish, les enfants auront le dernier mot; si on réussit à les aider à aller là où ils rêvent d’aller sans trop projeter nos rêves à travers eux, alors on pourra se dire : j’ai eu raison de m’accrocher.
    Mais les PAF ont je crois, presque tous, un point en commun : si c’était à refaire, ce serait avec une joie immense…

  6. S’accrocher pour se rapprocher ? Alors j’en redemande. Le regrd de mes filles c’est mon anti blues a moi ! Suis bien d’accord avec toi bleu pepper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *