Esprit Femme du 04/2004

04 Avr 2011
Surfant sur la vague du sex-toy, Nathalie Giraud a, elle aussi, créé sa société à Antibes baptisée Piment rose.De nouvelles sensations

En 1993, seulement 7% des femmes avouaient utiliser des accessoires lors de leurs rapports sexuels (4). Aujourd’hui, il n’existe pas de chiffre pour se faire une idée précise du phénomène mais, à en croire les conceptrices des boutiques vendant du sex-toy, ces anciennes statistiques sont désormais très éloignées de la réalité.

Mais au fait, elles leur trouvent quoi à ces objets vibrants montés sur piles électriques ? « ça m’excite ! », lance dans un éclat de rire la rousse Isabelle, 28 ans, visiteuse médicale. « Sincèrement, il faut l’avoir essayé pour comprendre l’effet que ça fait, insiste-t-elle. C’est mon meilleur ami, confident et, qui plus est, adepte des sex-toys, qui m’avait conseillée d’en acheter un. Il m’avait lancé ça comme un pari, histoire de voir ce que j’avais dans le ventre ! Alors je me suis lancée. Je suis allée sur Internet et en quelques clics j’avais mon vibromasseur, bleu et pas trop effrayant.

La première fois, je me sentais ridicule avec ce truc dans les mains. Je ne savais pas comment m’en servir. Heureusement que j’étais seule ! Maintenant, c’est devenu un accessoire important de ma vie sexuelle que j’utilise seule ou avec un partenaire. J’ai découvert de nouvelles sensations et j’ai l’impression que mes orgasmes sont plus profonds qu’avant. ».

En offrant une plus grande intensité de l’orgasme ou, tout simplement, la découverte de celui-ci, les jouets intimes présentent des attraits qui n’ont pas échappé aux femmes. « Cette mode du sex-toy correspond à une déculpabilisation des femmes vis-à-vis de la sexualité », analyse le docteur Catherine Solano(5), sexologue à Paris.

Une sexualité qui se déculpabilise

« Avant, poursuit-elle, la masturbation était quelque chose d’abominable, maintenant ça ne l’est plus. On en parle plus facilement , ça n’est plus une pratique tabou. Du coup, les femmes osent utiliser des vibromasseurs.

Dans mon cabinet de consultation, je le conseille d’ailleurs à certaines patientes qui n’ont jamais eu d’orgasmes. Beaucoup reviennent en me disant : « j’ai enfin eu un orgasme et je sais ce que c’est. » En appliquant le vibromasseur sur et autour du clitoris, sans l’introduire dans le vagin, ça permet d’ouvrir un circuit qui n’avait pas fonctionné.

Ce n’est pas une méthode miracle, mais c’est un élément pour aider les femmes à découvrir leur corps et le plaisir. » Catherine Solano met toutefois en garde contre les effets pervers d’une utilisation trop assidue des jouets intimes. « Une de mes patientes me racontait avoir des orgasmes extrêmes en portant des boules de geisha.

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *