La création d'entreprise vue par les femmes

04 Avr 2011
Quelle est le pourcentage de femmes chefs d’entreprise ?

27 %, et seulement 6% ont des mandats de représentation au sein des instances économiques.

Pourtant, un sondage fait apparaître que 51.8 % des jeunes qui souhaitent entreprendre sont des femmes.

Pourquoi un tel écart ?

La création d’entreprise n’est elle réservée qu’aux hommes ?ou les femmes n’osent-elles pas ?

Quels pourraient être les freins ?, voyons …L’incapacité des femmes ? …

Non. Elles montrent à chaque instant qu’elles ont toutes les qualités requises, elles auraient mêmes des qualités beaucoup plus adaptées à la direction d’une entreprise : écoute, sens du relationnel, finesse d’esprit, psychologie, …

Manque d’organisation ? Elles arrivent à allier vie familiale (ménage, enfants) et vie professionnelle, et elles ne seraient pas organisées !?

D’accord, la vie familiale est un frein à la réalisation d’une entreprise, mais certaines (ayant une bonne constitution ?) y arrivent alors pourquoi pas d’autres …

Le manque d’ambition ? Non plus. Les femmes sont autant, voire plus motivées et ont plus de « bagages « , pour un même poste, qu’un homme alors que leur salaire reste toujours inférieur …

Le machisme institutionnel ? Les femmes sont faites pour rester à la maison, faire le ménage, et s’occuper des enfants ! Ah ! Ces bons vieux principes machistes qui font de la femme une esclave de l’homme. Il est vrai que c’est tellement plus simple et agréable comme ça !

C’est vrai, ce n’est pas l’homme qui va porter les enfants pendant 9 mois dans son ventre (encore que cette idée est séduisante, non !?)

Oui, c’est peut-être une explication, mais pas seulement …

La femme ne serait-elle pas programmée pour le penser aussi ? Il est difficile pour elles de le considérer autrement, puisqu’elles sont cantonnées aux emplois subalternes, on ne leur permet que rarement d’avoir des postes à responsabilités. Pire, dans certaines professions, elles ne sont pratiquement pas présentes et encore moins prises au sérieux ( » c’est une femme, qu’est-ce qu’elle y connaît ? « )

Pourtant les moeurs ont changé, les hommes participent de plus en plus aux tâches ménagères.

Les femmes sont peut-être plus prudentes et choisissent un emploi stable, dans la fonction publique par exemple. Là encore, les inégalités sont présentes : 71 % aux affaires sociales, 65% à l’éducation nationale et seulement 26 % à l’intérieur.

On retrouve les bons vieux domaines propres aux femmes : famille et enfants.

Ouvrons une petite parenthèse :

Bien que controversée, il existe la loi sur la parité au sein des partis politiques.

Ne trouvez-vous pas dommage l’obligation d’une égalité des sexes quelque soit le domaine d’activité ?

Trouvez-vous très valorisant d’être embauchée non pas pour ses qualités professionnelles mais seulement parce que l’on est une femme, et que c’est « politiquement correct  » ?

Ce n’est plus une « promotion canapé » mais une « promotion parité », dans les deux cas, c’est humiliant !

Ne sommes-nous pas complémentaires aux hommes ?

Les femmes chefs d’entreprises le pensent en tout cas.

Mais les hommes auraient-ils peurs que l’on s’aperçoive que les femmes sont aussi performantes qu’eux, voire plus …?

Fermons cette parenthèse.

Les femmes seraient donc plus prudentes et laisseraient leur conjoint prendre les risques à leur place … d’accord ! Mais ce n’est quand même pas le cas de toutes les femmes, pour preuve, il y en a au moins 27% qui sont à la tête d’une entreprise et 51.8% qui le souhaitent quant elles sont jeunes.

Je suis persuadée que si on leur donnait les moyens de réussir, beaucoup feraient parler d’elles.

Posté dans Des Piments et des Roses par Love Money
Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *