La masturbation comme prévention du cancer de la prostate

01 Sep 2008

De récentes études semblent montrer que la masturbation diminue le risque de cancer de la prostate. Une bonne raison de plus de s’y adonner !

La sexualité occupe une place importance parmi les thèmes abordés par les clients des psychologues. Celle-ci draine en effet beaucoup de souffrance, dont la cause est souvent à rechercher dans des conceptions erronées. Moins l’on dispose d’informations sérieuses dans un domaine, et plus les croyances de toutes sortes peuvent se répandre. Or le sexe reste un sujet tabou pour beaucoup. En plaisanter au bistrot ou en consommer à la télévision et sur Internet n’offre malheureusement pas la possibilité d’en parler franchement.

Difficile de parler sexualité en toute liberté

Difficile de parler sexualité en toute liberté tant les conditionnements sont importants en ce domaine. Toutes les religions ont eu leur mot à dire à ce propos, le plus souvent sous forme de codes de conduite. Elles décrétaient -et décrètent encore- ce qui est bon et ce qui ne l’est pas dans l’accouplement et le plaisir charnel. L’Eglise catholique elle-même ne cache pas son grand intérêt en la matière. Or, les conceptions morales ne font souvent pas bon ménage avec les considérations purement médicales, n’en déplaise au docteur Tissot.

De nombreux adolescents traumatisés

On doit en effet au docteur lausannois Samuel Auguste Tissot, en 1760, un ouvrage qui a terrifié, voire traumatisé de nombreux adolescents jusqu’à hier encore. Y étaient consignés tous les méfaits (supposés) de la masturbation : elle rendrait sourd, asocial, plus sujet aux maladies, dévitaliserait l’organisme, et pourrait même entraîner la mort avant l’âge. Bien évidemment, pure élucubration que tout cela. Rien de médical en tout cas.

Un passage obligé

De nos jours, le plaisir solitaire est de nouveau dans les bons papiers de la médecine. Pour les sexologues, elle favorise la familiarisation avec son propre corps et l’apprentissage du plaisir. Pour être plus clair encore, elle est un passage quasiment obligé pour que les femmes aient accès à la jouissance dans les rapports sexuels plus tard.

Moins de cancer de la prostate

Venons-en maintenant aux chiffres ! Une étude australienne réalisée par des spécialistes du cancer de la prostate a comparé les comportements sexuels de plus de mille hommes atteint de la maladie et 1200 hommes en bonne santé. Verdict : plus un homme a éjaculé en se masturbant entre 20 et 50 ans, moins il a de risque de développer un cancer de la prostate. L’effet protecteur augmente avec la fréquence des éjaculations, si bien que ceux qui s’offraient ce petit plaisir plus de cinq fois par semaine à l’âge de vingt ans réduisaient le risque de 30%. Il y a plus surprenant encore dans cette étude : l’éjaculation due aux rapports sexuels ne semblent pas offrir la même protection que celle obtenue par la masturbation.

Confirmé par une étude américaine

Ces résultats ont été confirmés par une autre étude, américaine cette fois-ci, impliquant 30’000 hommes pendant huit ans. Bilan : ceux qui ont éjaculé plus souvent voient leur risque d’être touché par un cancer de la prostate nettement réduit. En particulier, ceux qui avaient eu en moyenne 21 émissions par mois baissaient ce risque d’un tiers en comparaison avec un groupe de référence. Une augmentation de trois éjaculations par semaine entraîne une diminution de 15% du même risque.

Bon pour la santé

On savait déjà que le sexe était bon pour la santé. Entre autres bienfaits, il apparaît que les hommes âgés qui continuent à avoir des rapports sexuels augmentent significativement leur espérance de vie. Maintenant, on sait aussi que le plaisir solitaire offre une bonne prophylaxie contre certains cancers de la prostate. Les moralistes trouveront certainement quelque chose à y redire (bon pour le moral mais pas forcément bon pour la morale)! Quoi qu’il en soit, on connaît des moyens de préventions infiniment moins agréables que celui-ci…

N.B. Tous les chiffres cités ainsi que les références complètes aux études mentionnés se trouvent dans : 150 petites expériences de psychologie pour mieux comprendre l’autre sexe, Serge Ciccotti, Dunod, 2008

Source : Yves-Alexandre Thalmann, auteur de Vive les Plaisirs sexuels !, 15 euros, Editions Hebien, Collection Tranquilles

Crédit Photo : Erwin Olaf – source :@mateurdart

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

commentaires

  1. En effet, voici une bonne nouvelle!
    Après la masturbation rend sourd,
    La masturbation évite le cancer de la prostate!
    Bonne continuation
    sarah de pimp

  2. Yann Trah affirme: septembre 2, 2008 at 12:34

    La masturbation c’est très bien, par contre l’éjaculation après 40 ans mieux vaut limiter un peu si on ne veut pas gaspiller son énergie.
    Dans le Tao et le Tantra il est fortement recommandé d’économiser son sperme en parvenant à l’orgasme sans éjaculer (par toute une série d’exercices plus ou moins laborieux). Ces traditions millénaires se sont bien rendu compte que dans le sperme nous perdions énormément d’éléments minéraux et d’énergie: il suffit de voir dans quel état nous sommes après l’éjaculation… C’était donc un facteur important de longévité de contrôler ces émissions et même de les éliminer à partir de 60 ans
    Il ne faudrait donc pas que, pour éviter un cancer de la prostate, on abrége par ailleurs sa vie d’une dizaine d’années par épuisements de nos ressources…
    Une suggestion donc à vérifier: branlez-vous tant que vous voulez messieurs, mais gardez votre précieux liquide tant que faire se peut…

  3. Bonjour Sarah de pimp et bienvenue sur mon blog. Après visite de votre site, bonne continuation à vous et à vos tests de sextoys. A quand les accessoires Piment Rose sur votre site 🙂

  4. @ Yann Trah
    Je suis en effet d’accord avec vous. Car ces traditions, peu connues des occidentaux, vous invitent à économiser votre capital de vit afin préserver la qualité de votre vie, sans lésiner sur vos envies. Mais peu d’hommes savent dissocier l’orgasme de l’éjaculation et connaissent les techniques de rétention.
    De nombreux livres nous renseignent à ce sujet dont L’homme multi-orgasmique de Mantak Chiak par exemple. Quelles autres lectures recommanderiez-vous à ceux qui sont intéressés?
    Que pensez-vous de l’utilisation de l’Aneros pour générer des orgasmes prostatiques non éjaculatoires ?

    Au plaisir de vous lire,
    Amicalement rose

  5. Dommage que ce site est à l’abandon de commentaires. Oui, il faut éjaculer souvent à moins comme plus de 60 ans. Ejaculer seul ou en faisant l’amour permet en plus du plaisir de faire partir le sperme au lieu de le stocker. A 64 ans j’éjacule presque chaque jour avec des jets moins puissants mais un sperme épais opâque. Je précise que cela n’empêche pas des problèmes de prostate car j’en ai ce à cause d’une trop grosse prostate. Le hic, érection moins dure qu’à 50 ans mais éjaculations indispensables pour tous dés la puberté.

  6. paul affirme: juin 7, 2013 at 9:51

    Il est exact que les religions ont leur prophète , toujours des hommes comme par hasard , jamais dieu lui même bien sûr. COMMENT PEUT ON S’ENCOMBRER L’ESPRIT AVEC DES CROYANCES SOURCE DE MALHEUR.. D’autre part , les commentaires sur votre site sont en général d’une impudeur incroyable .La pudeur est une caractéristique de l’espèce humaine. or vos actions ,interventions amènent vers vous des gens d’une pauvreté intellectuelle navrante .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *