La revanche des brunes est une réalité et pourtant ça se discute …

18 Jan 2006

L’enquête réalisée par Ipsos pour le magazine Ca se discute dresse le portait de la femme idéale : pour les hommes elle serait brune, pulpeuse, mince plus que ronde. Pour les femmes pourtant les choses sont claires : les hommes préfèrent les blondes.

Les hommes préfèrent…les brunes…mais les femmes ne le savent pas

C’est officiel. Les hommes se sont exprimés de façon très majoritaire.
En ce qui concerne la couleur de cheveux, leur type de femme préféré, c’est d’abord les brunes (56%).
La préférence est certes encore plus marquée auprès des hommes les plus jeunes (60% des moins de 35 ans affirment préférer les brunes) mais elle est aussi majoritaire auprès des plus âgés (50% des 35 ans et plus).
Quant aux blondes, elles se retrouvent loin derrière puisque seulement 28% de la gente masculine nous affirme qu’elles sont leur type de femme préféré. Elles pourront trouver une certaine forme de compensation en se disant que les rousses semblent moins appréciées qu’elles (seulement 6% des hommes les ont choisies).

Reste que les femmes ne sont pas de cet avis.
Pour elles, les choses sont claires : les hommes préfèrent les blondes
. Elles en sont majoritairement persuadées (58%). Seulement 31% d’entre elles pensent à juste titre que la gente masculine préfère les brunes. Par ailleurs, elles se montrent encore plus  » féroces  » que les hommes avec les rousses puisque seulement 1% d’entre elles estiment qu’elle est leur type féminin idéal.

Le retour des pulpeuses est avéré, d’ailleurs Monica Bellucci est la femme qui, aujourd’hui, attire le plus les hommes.

Pendant un temps elles avaient quelque peu disparu, elles reviennent en force. Les femmes pulpeuses ont aujourd’hui la préférence du plus grand nombre d’hommes (43%) mais les résultats sont extrêmement serrés puisque 39% d’entre eux affirment quant à eux préférer les minces.
Les rondes arrivent derrière (7%), devant les maigres (3%). D’ailleurs lorsqu’on leur demande quelle femme les attire le plus physiquement, Monica Bellucci, l’archétype de la brune pulpeuse, remporte la compétition haut la main (29%) devant Adriana Karembeu (22%). La belle Bellucci est avant tout plébiscitée par les plus jeunes (49% des moins de 35 ans l’ont choisie) qui sont aussi logiquement ceux qui avouent le plus souvent aimer le gabarit des pulpeuses, ainsi que les brunes.

Pour le coup, dans le domaine des gabarits, les femmes semblent assez bien appréhender les goûts de la gente masculine puisqu’elles estiment que ces derniers préfèrent d’abord les pulpeuses (47%) devant les minces (38%) les rondes (7%) et enfin les maigres (2%).

Sexuellement parlant, les hommes préfèrent les minces mais les rondes attirent aussi une proportion importante de la gente masculine.

Là encore, les choses sont claires, pour avoir des relations sexuelles, les hommes affichent une nette préférence pour les minces (50%). C’est encore plus le cas pour les plus jeunes (57% des moins de 35 ans). Toutefois, les rondes sont perçues comme sexuellement plus attirantes par plus de trois hommes sur dix (33%).

Ce n’est pas parce que les blondes ne sont pas considérées comme moins intelligentes que les autres, qu’elles doivent espérer que les Français vont cesser de faire des blagues sur leur soi-disant bêtise.

Si elles ne sont pas (ou plus) le type préféré des hommes, les blondes pourront au moins être rassurées en découvrant que seulement 2% de nos concitoyens pensent qu’elles sont généralement un peu moins intelligentes que les autres! Pour autant, qu’elles n’en déduisent pas que les quolibets dont elles sont l’objet vont pour autant cesser. La très grande majorité des Français estime qu’elles sont aussi intelligentes que les autres mais avoue aussi que cela les fait rire lorsque l’on dit qu’elles sont bêtes (57%). Les blagues ne sont donc pas prêtes de s’arrêter, d’autant plus qu’elles font rire la plupart des jeunes (70% des moins de 35 ans). Reste qu’aujourd’hui, près de 4 Français sur 10 affirment à l’opposé ne pas rire lorsqu’on fait des blagues sur le fait qu’elles soient bêtes (38%), et notamment les femmes (43% contre 27% pour les hommes). Peut-être perçoivent-elles aussi beaucoup plus que les hommes, une forme de sexisme déguisé derrière ces plaisanteries ?


Source : Etienne Mercier Directeur Adjoint du département Opinion – Ipsos Public Affairs etienne.mercier@ipsos.com

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *