Le point G masculin, ce qu’Arte ne vous a pas montré

16 Oct 2006

Allez, un dernier coup de pub à Arte, qui rediffuse dans la nuit de ce soir, lundi 16 oct. à 00h40, son sujet consacré à l’orgasme féminin et masculin dans lequel vous en saurez un peu plus sur la prostate, le Point G masculin, mais ne verrez rien de l’Anéros, le premier stimulateur prostatique (dont Piment Rose est le distributeur exclusif en France, mais oui !).

Sur un strict plan télégénique, il faut avouer que l’objet n’a rien d’encourageant, et sur le plan de l’information, la sexualité anale est encore tabou et source de bien des polémiques. Proscrite par la loi dans de nombreux Etats aux USA (voir mes précédents posts et les commentaires de Ralphy ), elle est toujours considérée par certain(e)s comme la preuve d’une homosexualité latente.

Et pourtant, la stimulation du point G masculin n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle des utilisateurs, débat dont il faudrait finir une fois pour toute ! D’ailleurs, les trois quarts des témoignages d’utilisateurs d’Anéros proviennent d’hommes dont l’orientation est hétérosexuelle.

Conçu initialement par les urologues américains, pour le massage de la prostate (petite zone localisée entre le scrotum et l’anus, plus précisément à environ 3 ou 5 cm de l’anus suivant les individus) à la suite d’interventions chirurgicales, cet accessoire était donc initialement – et il est toujours – un dispositif thérapeutique ; comme les premiers godemichets d’ailleurs tels les boules de geisha ! Son usage non médical requiert un peu de curiosité et d’ouverture d’esprit (oui, d’esprit !…) car ce n’est pas un jouet sexuel ordinaire ou un « plug » comme ceux que l’on peut trouver dans les sex-shop.

L’Aneros est différent, à la fois par son design et sa fonction puisqu’il n’est pas destiné à la dilatation anale ni à obtenir une sensation de « remplissage ». Non, il est spécifiquement conçu pour masser avec précision la prostate et la zone du périnée et conduit à une variété d’orgasmes tout à fait unique, incomparables avec les modalités ordinaires de l’orgasme éjaculatoire : des orgasmes multiples et NON éjaculatoires. Et oui, les 2 ne sont PAS nécessairement liés.

A bon entendeur, … !

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

commentaires

  1. ANISH NA BEE affirme: octobre 17, 2006 at 10:32

    Je confirme tout ceci . Je me suis même "payé le luxe" , d’aller au stage spécifique ( 15 juill 06= une semaine plus tard que l’équipe de tournage de "DOC en STOCk" , travaillant pour ARTE ) à 30k m d’ALBI , a "l’echohameau de BARTHES" .Me contacter pour plus d’infos !! lire aussi "l’homme (nouveau) expliqué aux femmes chap 23 , p215à217;par Géradr LELEU edit LEDUC

  2. Déjà, faudrait revoir le nom… pas très attirant
    et puis il est plutôt marrant, il ressemble à une clé… la clef du plaisir prostatique…lol

  3. grosmatou13 affirme: décembre 11, 2006 at 4:05

    Essayé, confirme voir cependant les trois types possibles : selon conformation naturelle, le choix est délicat. Pour moi le premier (nom oublié) était plus efficace que l’Hélix . Et le troisième : Maximus est plutot conseillé aux habitués de la pénétration anale.
    Donc messieurs, à vos règles et mesurez donc la profondeur du pied et de la tete de votre prostate !
    Règle d’écolier ancienne conseillée : limer donc un peu les angles ! Sinon ceux qui aiment peuvent prenbdre une règle plate, largeur à votr convenance ! Je plaisante bien sur ne m’écoutez pas !

    Anish Na Bee : quel est donc ton site ? question posée aussi à l’équipe PR !

    Echanges de vues (?) C’est noir comme dans le trou de cul de …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *