Témoignage : mastectomie ou comment renouer avec soi après un cancer du sein

Témoignage : mastectomie ou comment renouer avec soi après un cancer du sein
04 Avr 2016

Quand le cancer du sein laisse des marques

Avec sensibilité et pudeur, Florence Aubenas parle de des conséquence de son cancer du sein génétique, de sa double mastectomie, de reconstruction mammaire, d’acceptation de soi et de rage de vivre.

Cela me rappelle le témoignage d’Isa, sur son opération, sa stomie et la reconquête de son nouveau corps, à lire dans Sexualité et handicap sur le site de Piment Rose.

Pas facile d’accepter son nouveau corps après une ablation des deux seins

Prêtant sa voix à Ana D, Parisienne de 40 ans, la journaliste évoque ces corps étrangers et asymétriques que sont « l’omelette » et le « steak haché surgelé« , respectivement les nouveaux seins droit et gauche issus de la reconstruction. Elle raconte ces hanches qui ont fondu et ces fesses disparues : la graisse prélevée a servi à lui refabriquer des seins. Elle dit la ménopause brutale au sortir du bloc parce que les ovaires ont été enlevés en même temps que les seins.

Elle parle aussi de bonheur. Du bonheur qu’il y a à se sentir entourée lors de l’annonce de son cancer : « je n’ai jamais été aussi heureuse : c’était mon moment, la douleur d’autrefois trouvait sa justification là. » C’est cru. C’est vrai.

Apprendre à vivre sous le regard des autres (saisissant moment où ses seins sont pris en photo dans le bloc pour permettre leur reconstruction ultérieure)…

Cancer du sein : un autre combat pour s’accepter

Il s’agit d’abord d’accepter son propre regard (voir mon article sur Le jour où je me suis vraiment aimée). De s’accorder un peu de bienveillance. D’accepter sa « mocheté », ses kilos nouveaux et superflus, ce corps qu’elle voudrait que l’on aime :

« Je voudrais plaire aux hommes, être aimée en tant que corps, que quelqu’un ait l’envie de me faire jouir à l’infini.« 

L’annonce de son cancer génétique, les opérations successives et l’envie de se sentir belle en dépit des ratages de la reconstruction : tout est dit.

C’est drôle, poignant, rageant…

A retrouver en ligne dans M le Mag, le magazine du Monde daté du 4 avril 2016 (édition abonnés).

Photo crédit : Tatouage Oiseaux de Facebook Personal Ink, Pink.org, un collectif d’artistes P.ink (US + Canada) qui propose à des femmes ayant eu un cancer du sein de transformer leurs cicatrices liées à la mastectomie en oeuvre d’art grâce à des tatouages.

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *