Témoignage féminin : Libido endormie vs mon désir d’enfant (partie 2/3)

Témoignage féminin : Libido endormie vs mon désir d’enfant (partie 2/3)
10 Août 2018

Suite du récit de la femme d’Indiana Joy en réponse au témoignage de son mari sur le sujet du déséquilibre sexuel au sein de leur couple, elle avec peu de libido et son désir d’enfant face à des envies plus grandes chez son partenaire. Voir Partie 1 : Libido endormie

La parole à IJH pour la seconde partie de son récit.

Mon désir d’enfant, au delà d’une libido endormiedésir d'enfant

Pendant, plusieurs années nous avons fait des allers-retours chez l’un ou l’autre.

Ce désir d’enfant, je l’ai toujours eu et rétrospectivement c’est cette finalité qui m’intéressait le plus dans les rapports charnels. Nous désirions tous les deux avoir des enfants et lorsque notre premier né fut annoncé nous avons cessé de faire ville à part. Comme il me dit «  je me suis exilé de ma ville par amour pour toi »

Je le prends, à juste titre pour un compliment.

Nous avons eu quelques années plus tard un deuxième enfant. Ces deux enfants nous ont comblé. D’un commun accord, nous avons considéré que cela nous suffisait.

Se forcer ne réveille pas une libido endormie

Pour ma part, au cours de ces années, je me rendis compte que je l’aimais mais que je n’avais pas un désir ni une volonté de rapports sexuels. Les rapports intimes que nous avions eu m’avaient apportés la plénitude d’être mère et cela me suffisait amplement.

couple au lit malheureuxCette absence de désir n’était pas propre à lui, car je ne désirais ni intellectuellement ni physiquement quelqu’un d’autre.

Indiana Joy était très demandeur sexuellement et pendant quelques années,  je me suis forçée un peu, puis de plus en plus pour avoir des rapports charnels.

Nous discutions beaucoup sur cette « lacune » dans notre couple, cette non envie de ma part.

Je l’aimais et je ne voulais pas le perdre alors j’autorisais certaines caresses mais pas d’autres. Jusqu’à n’en autoriser quasi aucune ou en me forçant, et puis de moins en moins, jusqu’à éviter tout contact, même la tendresse de ma part de peur d’aller vers quelque chose d’intime dont je n’avais pas envie….

Pour la suite de son témoignage, voir « Une libido endormie (partie 3)

Share

Nathalie Giraud Sexotherapeute
Nathalie Giraud Sexotherapeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *